Science du compostage

Optimiser la fertilité et la dynamique des sols

Les processus de compostage sont vraiment très intéressants.

Telle une véritable métamorphose, à l’image du passage de l’imago au stade papillon, les processus à l’oeuvre dans un fumier mis en tas et dynamisé par les préparations biodynamiques, sont capables, à partir d’une matière organique en décomposition de redistribuer les éléments sous une forme très organisée, en cohérence avec les processus du Vivant.

Les forces qui sont à l’origine de cette redistribution ne sont pas visibles directement. De la même façon que la nature de la lumière est invisible à nos yeux. Ce que nous percevons de la lumière, ce sont ses effets produits sur la matière physique qui nous environne (les couleurs, les formes)

C’est en examinant dans le temps l’activité de ces forces d’organisation que l’on peut approcher l’état physiologique du tas à un moment donné, et y apporter le cas échéant les soins appropriés (ventilation, agitation, humidification, recadrage bioénergétique, etc …) Comme un véritable être vivant peut avoir besoin de respirer, de s’hydrater, de se réchauffer ou au contraire de luter contre la fièvre.

Il existe plusieurs méthodes d’analyse qualitative qui permettent de suivre les forces de vie. L’une d’entre elles est la méthode de la cristallisation sensible.

Je vous invite à vous référer aux explications du site sur la cristallisation sensible selon Pfeiffer pour ceux qui ne connaissent pas. Les approches qualitatives ne font pas l’unanimité au sein du monde scientifique. Voilà une discipline qui n’échappe pas à cette règle ! Chacun pourra se forger sa propre opinion …

http://www.kristallisationslabor.ch/fileadmin/kristallisationslabor/Flyer_Fr.pdf

Expérimentation AC Conseils 2013

Matériau : fumier bovin, sur litières pailleuses et d’écorces pins

Mise en tas, selon des dimensions inhabituelles en raison de l’existences de contraintes techniques originales. C’était d’ailleurs à l’origine la raison de la mise en place de l’essai, de façon à rester performants.

Ensemencement avec les préparations biodynamiques du compost

Les prélèvements ont été réalisés par mes soins. Le cristalliseur a été volontairement (et avec son accord !!) privé des informations détaillées de ce qu’il devait analyser et commenter (composition du fumier, et l’organisation du tas, opérations sur le tas, ect …)

E1
E2
E3

Résultats

Prélèvement E1 : le jour de la mise en tas, juste après l’avoir ensemencé avec les préparations bd.

Prélèvement E2 : 15 jours après la mise en tas

Prélèvement E3 : clicher qui nous a permis de conclure le terme du processus que nous recherchions, et donc l’arrêt du compostage

Les conclusions de l’essais ont été réalisées en collaboration avec le talentueux Christian Marcel, cristalliseur à Solliès-Pont :

Lors de la mise en tas (E1) l’image de cristallisation nous informe que le compost est en phase chaotique, et que le démarrage du processus de compostage se fait de façon complètement anarchique.

Après 15 j (E2) l’image montre une image très similaire à la E1, concluant que la mise en tas du compost n’a pas été radicalement modifié son état général. On peut voir tout de même « La disparition de la tendance au multi-centrage avec  l’apparition d’une image « équilibrée » indiquant un gain en stabilité. »

« A ce stade l’image du compost montre peu de modification, il semblerait que dans cette phase certains minéraux se mettent en quelque sorte « en place » : fixation du fer (concrétions blanches), fixation du calcium (arcs de cercles concentriques), diminution des risques de perte du potassium (disparition de l’aspect pulvérulent) »

En E3, « l’image exprime une évolution favorable du compost. La texture dans le champ médian est beaucoup plus dense. (…) L’évolution du compost a été favorable à l’intensification de son potentiel en forces de croissance. Il devrait pouvoir se minéraliser rapidement, être facilement disponible (le rapport C/N devrait être pas trop élevé) »